-->

Le Mouvement Respiratoire Primaire

Aujourd’hui, le mécanisme respiratoire primaire (MRP) est le concept fondamental de l’ostéopathie crânienne, puis de l’ostéopathie dans son ensemble. Comme dans la médecine chinoise, où les pouls reflètent « l’état de santé de l’individu », le mécanisme respiratoire est pour l’ostéopathe, primordial pour connaître la vitalité du patient.

«L’idée Folle»

sutherland - Le Mouvement respiratoire primaireL’ « idée folle » telle que l’appela le Dr Sutherland, lui traversa l’esprit, en 1899, lorsqu’il était encore étudiant à Kirksville ( Missouri). C’est en passant devant les vitrines d’exposition de son école, que son attention fut retenue plus que d’habitude, sur le crâne désarticulé de la collection personnelle du Dr Still. Ce matin-là, une idée lui traversa l’esprit. Elle marque le changement de toute sa vision et de toute sa pratique ostéopathique :

« Mon attention fut attirée par les biseaux des surfaces articulaires de l’os sphénoïde. J’eus soudain cette pensée – comme une pensée guide – biseautées, comme les ouïes du poisson – indiquant une mobilité pour un mécanisme respiratoire »

Lorsqu’il réalisa l’aLe mouvement respiratoire primairempleur de cette pensée, il essaya d’oublier cette idée. Il tenta de se persuader de la folie de son idée. Il lui paraissait impossible d’aller à l’encontre de la doctrine, qui dit clairement : il n’y a aucun mouvement entre les os du crâne, ils sont tous fixés entre eux, immobiles, excepté la mandibule. Cependant, il ne pouvait s’empêcher de se poser de nombreuses questions. Pourquoi le crâne aurait-il des articulations biseautées à ce niveau-là ?

Après de nombreuses expériences expliquées ici, il conclut qu’il existait bien un mouvement respiratoire primaire avec une fluctuation du liquide céphalo-rachidien et un mouvement de ce qu’il appela les membranes de tensions réciproque qui sont des replis de la dure-mère qui fait partie des méninges autour de l’encéphale.

Avec nos mains, nous ressentons un mouvement au niveau de chaque os, chaque articulation, chaque muscle, chaque fascia… De la tête aux pieds, un mouvement avec un cycle d’environ 8/12 par minutes pour un mouvement d’environ 50 micromètres… Dont on cherche encore l’origine.

P.bourdinaudLes 3 théories de son origine

 

 

Voir le livre de mon professeur Philippe Bourdinaud : « Les techniques tissulaires ostéopathiques péri-articulaires » Tome 1 : 

«A ce jour, 3 grandes hypothèses règnent en maître dans le monde ostéopathique pour expliquer l’origine de la micro-cinétique du corps humain :

 

La première théorie
nerf - le mouvement respiratoire primaire

C’est de prendre en compte la contraction des cellules de la névroglie (ce sont les cellules qui forment l’environnement des neurones). Ces cellules entraîneraient la fluctuation du liquide céphalo-rachidien et un micro-mouvement dans l’ensemble du corps humain. […]
Cependant cette théorie nous gêne car les cellules de la névroglie se trouvent essentiellement dans le système nerveux jusque dans la gaine des nerfs, il faudrait alors que cette contraction soit assez puissante pour entraîner une énergie mécanique assez grande pouvant influencer la fluctuation des liquides interstitielles dans le reste du corps humain.
Or le système qui permettrait la transmission de la fluctuation du liquide céphalo-rachidien aux liquides interstitiels n’a pas été démontré.Par ailleurs, en laboratoire, il a été confirmé la contraction des cellules de la névroglie mais cette contraction se fait de manière anarchique, elles sont incapables de se contracter toutes en même temps ! Il faut toutefois souligner que cette expérience s’est déroulée in vitro.

respiration costale - le mouvement respiratoire primaireLa seconde théorie

En référence aux travaux de Jean-claude Herniou, ostéopathe diplômé d’études approfondies en Génie Biologique et Médical, la respiration costale peut être à l’origine, entre autre, de ce micro-mouvement. Pour lui, il existe une pulsion rythmique ventilatoire costo-diaphragmatique qui s’exerce par l’intermédiaire des muscles et des fascias sur la boîte crânienne comme sur le reste du corps. Cependant il ne faut pas oublier le rythme du pouls artériel non négligeable, ainsi que plusieurs autres rythmes comme la micro motilité capillaire liée au remplissage artériolaire = l’Onde de Traube-Hering-Mayer (onde THM).
Cette théorie est tentante car elle engendre bien assez d’énergie pour se transmettre de manière mécanique à la totalité du corps humain[…] Cependant, le rythme de la respiration costale est bien supérieur à celui de la micro-cinétique du corps humain ! mais il demeure les autres rythmes dont celui de la micro motilité capillaire qui est développée dans la théorie suivante.

La troisième théoriearterioles - le mouvement respiratoire primaire

Correspond aux travaux de Laval, Villermain-Lecolier et Billaudel : « De l’approche manuelle ostéopathique à l’expérimentation scientifique ».

Leur résultats confirment l’existence de mouvements périodiques d’origine non respiratoire, d’une fréquence moyenne de 9,73 cycles par minute et d’une amplitude de l’ordre de 20 à 50 microns.
La fréquence et l’amplitude correspondent au rythme décrit par les ostéopathes, leur conclusion est la suivante : Cette rythmicité serait due à la vasomotion microcirculatoire des artérioles terminales (= l’onde THM), donc la vasomotricité spontanée dans le réseau capillaire, caractérisée par des ondes vasomotrices de contraction et relaxation, déclenchées par des cellules pacemakers situées aux bifurcations artériolaires.
Cette théorie est confortée par les travaux de Nicette Sergueef parus dans le journal Kinésithérapie Actualité santé magazine du 27 Septembre 2001, déroulés au Chicago Collège of Osteopathy Medicine de la Midwestern University- USA.
Les résultats démontrent que les impulsions rythmiques crâniennes ressenties par l’opératrice sont en concomitance avec les variations de basse fréquence de l’oscillation  THM des différentes variations du flux sanguin, mesurées par un appareil laser-Doppler Transonic Systems Inc.»

conclusion - le mouvement respiratoire primaire


Notre préférence
se dirige vers cette dernière théorie pour le mouvement respiratoire primaire, sachant que la vasomotion capillaire est sous influence du système neuro-végétatif décrit ICI, nous pourrions donc découvrir un lien fort entre le mouvement respiratoire primaire et le système neuro-végétatif.